Le Prix Wepler - Fondation La Poste

Récompense la littérature contemporaine

Depuis dix-neuf ans, le souhait le plus ardent du Prix Wepler-Fondation La Poste est de donner une chance de plus aux écrivains sélectionnés pour exister sur la scène littéraire automnale. Grâce à un jury renouvelable, il en encourage deux tout particulièrement, les consacre puis met à leur disposition des moyens conséquents afin de soutenir leur périple d’écriture.

La Fondation La Poste dote ce Prix d’une somme de 10 000 euros qui récompense une prise de risque romanesque et un style exigeant. Elle dote aussi un autre auteur d’une somme de 3 000 euros à travers une mention spéciale accordée à un ovni littéraire prodigieusement inclassable.

Nous avons le plaisir de vous annoncer, au nom des treize jurys, les résultats de la dix- neuvième édition du Prix Wepler-Fondation La Poste.

Le Prix sera remis ce lundi 14 Novembre à la brasserie Wepler à 19h30

Nathacha Appanah, Tropique de la violence Gallimard

Stéphane Audeguy, Histoire du lion Personne Seuil

Thierry Beinstingel, Vie prolongée d’Arthur Rimbaud Fayard

Boris Bergmann, Déserteur Calmann-Lévy

Benoît Damon, Retour à Ostende Champ Vallon

Mark Greene, Comment construire une cathédrale, Plein Jour

Marcus Malte, Le Garçon Zulma

Sylvain Prudhomme, Légende Gallimard/L’arbalète

Olivier Steiner, La main de Tristan Éditions des Busclats

Fanny Taillandier, Les états et empires du Lotissement Grand Siècle : archéologie d’une utopie PUF

Philippe Vasset, La légende Fayard

Ali Zamir, Anguille sous roche Le Tripode

Contact
Marie-Rose GUARNIERI
+33 1 46 06 84 30
mrguarnieri@wanadoo.fr

Contact presse
Damien LAVAL
+33 6 77 94 75 81
laval.damien@gmail.com

Les lauréats 2016

Histoire du Lion Personne
Stéphane Audeguy, Seuil 

Il est absolument impossible de raconter l’histoire du lion Personne, qui vécut entre 1786 et 1796 d’abord au Sénégal, puis en France. Cependant, rien ne nous empêche d’essayer.

« Histoire du lion Personne » entremêle, en une série de tableaux picaresques, la vie d’un lion à l’histoire de France de la fin de l’Ancien Régime au Directoire. Sur les rives du fleuve Sénégal, le long des routes de France, derrière les grilles de la ménagerie de Versailles, se dessine une odyssée animale peuplée de personnages humains.

 

Anguille sous roche
Ali Zamir, Le Tripode

Quelque part dans l’océan Indien, une jeune femme se noie. Ses forces l’abandonnent mais sa pensée, tel un animal sur le point de mourir, se cambre : dans un ultime sursaut de vie et de révolte, la naufragée nous entraîne dans le récit de sa vie…

On entre dans Anguille sous roche comme en eaux troubles, gîtant comme un mât dans la houle, ballotté par le flux verbal de la mélopée obsédante et hypnotique d’Anguille, l’héroïne narratrice. On se laisse emporter dans les flots de sa prose organique et vivante, une seule longue phrase rythmée par la nécessité et l’urgence, proche de la tradition orale. Et l’on glisse sur les lames de sa pensée, avec ses errements, ses certitudes et ses cris de colère. « Ne m’identifiez pas à des personnages d’encre et de papier, s’il vous plaît, je vis, j’agis, je bouge. »

Anguille est une fille de dix-sept ans qui quitte son rocher dans l’archipel des Comores pour se perdre dans la mer. L’action et la narration se confondent dans « le temps qu’il reste. » Elle dérive entre deux eaux, entre deux îles, « dans un dédale vide » et se souvient, pour ne rien oublier, pour repousser l’échéance. « Il vaut mieux se souvenir, même en tâtonnant, et en fourgonnant le passé, quand on est sur le point de quitter ce monde. »

L’esprit du prix Wepler

Nous récidivons dans notre action en pérennisant ce qui nous a différencié de bien d’autres prix : le renouvellement intégral du jury, sa mixité de lecteurs et de professionnels, son indépendance, son engagement et son exigence visionnaire qui explore sans limite aucune les territoires de la création romanesque, en prenant  le risque d’une langue neuve
Nous tenterons encore cette année de mettre en valeur une diversité incomparable d’auteurs et d’éditeurs dont nous espérons contribuer à l’émergence dans l’histoire contemporaine de la littérature.
Douze auteurs nominés que nous encouragerons encore par un mécénat financier de 10 000 euros pour le Prix et 3 000 euros pour la mention spéciale grâce à la Fondation La Poste, la brasserie Wepler et la librairie des Abbesses.Douze auteurs inclassables mais éblouissants, inaccessibles mais bouleversants… D’ores et déjà vous pouvez noter la date de la remise du prix :

La philosophie du Jury

Le prix Wepler rend hommage à la littérature des écrivains contemporains ou du passé comme Céline, Prévert, Boris Vian, Max Jacob, Paul Verlaine, Henry Miller…
Des académiciens aux institutions, tous ont trouvé refuge à Montmartre. A la mesure de sa tradition libertaire, le prix représente cette ouverture politique de mécénat culturel et d’initiative privée. En soutenant des oeuvres difficiles et dont la visée n’est pas uniquement commerciale, cette initiative permet à la langue de sortir du marketing.

Grâce à la Fondation La Poste, ce Prix est doté d’une somme de 10 000 euros ainsi que d’une somme de 3 000 euros pour la mention spéciale accordée à un livre se distinguant par son caractère inclassable.

Rétrospective

C’est en 1998, année de sa naissance, que la librairie des Abbesses fait appel à la Fondation La Poste, mécène audacieux reconnu pour sa grande variété d’initiatives culturelles et éditoriales, ainsi qu’à la brasserie Wepler, reine de la Place Clichy et lieu mythique d’ancrage de nombreux écrivains contemporains ou du passé, dont Céline, Prévert, Boris Vian, Max Jacob, Francis Jammes, Stéphane Mallarmé, Paul Verlaine, Henry Miller….Tous ont défié les académiciens et institutions de leur époque, et trouvé refuge à Montmartre…
En hommage à leur littérature, une troïka originale a donc vu le jour entre une librairie indépendante, une brasserie renommée et une entreprise publique emblématique ! Quinze ans déjà et 29 auteurs primés qui ont été encouragés par un mécénat. 29 auteurs inclassables mais éblouissants, inaccessibles mais bouleversants…
Dans un perpétuel esprit de curiosité, le Prix Wepler-Fondation La Poste tente à sa façon de travailler les fatales lacunes d’une réception littéraire. Son ambition ? Défendre un point de vue sur la littérature qui place haut l’aventure verbale.

Les prix décernés

Aujourd'hui

Le prix

Jean-Hubert Gailliot, le Soleil L’olivier

2014

Mention spéciale

Sophie Divry, La Condition pavillonnaire Noir sur Blanc

Le prix

Marcel Cohen, Sur la scène intérieure Faits aux éditions Gallimard

2013

Mention spéciale

Philippe Ramhy, Béton armé Editions de la Table Ronde

Le prix

Leslie Kaplan, Millefeuille P.O.L

2012

Mention spéciale

Jakuta Alikavazovic, La blonde et le bunker Editions de l’Olivier

Le prix

Eric Laurrent, les Découvertes Editions de Minuit

2011

Mention spéciale

François Dominique, Solène Verdier

Le prix

Linda Lê, Cronos Christian Bourgois éditeur

2010

Mention spéciale

Jacques Abeille, Les jardins statuaires Éditions Attila

Le prix

Lyonel Trouillot, Yanvalou pour Charlie Actes Sud

2009

Mention spéciale

Hélène Frappat, Par effraction Allia

Le prix

Emanuelle Pagano, Les mains gamines P.O.L

2008

Mention spéciale

Céline Minard, Bastard Battle Éditions Léo Scheer

Le prix

Olivia Rosenthal, On n’est pas là pour disparaître Verticales

2007

Mention spéciale

Louise Desbrusses, Couronnes, boucliers, armures P.O.L

Le prix

Pavel Hak, Trans Seuil

2006

Mention spéciale

Héléna Marienské, Rhésus P.O.L

Le prix

Richard Morgiève, Vertig Denoël

2005

Mention spéciale

Zahia Rahmani, “Musulman” Roman Sabine Wespieser Éditeur

Le prix

François Bon, Daewoo Fayard

2004

Mention spéciale

Jean-Louis Magnan, Anti-Liban Verticales

Le prix

Éric Chevillard, Le vaillant petit tailleur Minuit

2003

Mention spéciale

Alain Satgé, Tu n’écriras point Seuil

Le prix

Marcel Moreau, Corpus scripti Denoël

2002

Mention spéciale

Thierry Beinstingel, Composants Fayard

Le prix

Yves Pagès, Le théoriste Verticales

2001

Mention spéciale

Brigitte Giraud, À présent Stock

Le prix

Laurent Mauvignier, Apprendre à finir Minuit

2000

Mention spéciale

Richard Morgiève, Ma vie folle Pauvert

Le prix

Antoine Volodine, Des anges mineurs Seuil

1999

Mention spéciale

Vincent de Swarte, Requiem pour un sauvage Pauvert

Le prix

Florence Delaporte, Je n’ai pas de château Gallimard

1998